Jean Gauvin

Foulards

« Ma première expérience de tissage remonte à la fin de mon adolescence au moment où ma mère introduisit dans la maison, un métier à tisser et c’est près de 20 ans plus tard que j’entrai à ce qui s’appelait à l’époque, « le Centre de Formation Textile de l’Est du Québec » c’est là que commença pour moi ma vocation de tisserand. J’y ai appris le tricot-machine, le feutrage, la teinture et même la reliure. »

« Depuis l’acquisition d’un métier jacquard par cette école, j’ai eu la possibilité de confectionner plusieurs pièces au métier jacquard dont quelques-unes ont été exposées en galerie et d’autres décorent les murs de quelques résidences. »

« Maintenant je préfère habiller les gens plutôt que les murs. Ils ont d’autres exigences. La peau a besoin de contact rassurant que la soie, le bambou et l’alpaga offrent. Je produis des foulards en ayant à l’esprit de fabriquer du confort et même du réconfort. Un peu notre doudou. Mes foulards sont testés sur des bébés. Enfin pas tous, mais dès que l’occasion se présente, je leur fais palper de l’alpaga et c’est vite doudoudoux. »