Shozo Michikawa – Nature Into Art

    31 août au 21 octobre 2012

    2012-08_NatureIntoArt

    Shozo Michikawa, comme il le mentionne lui-même, plutôt que de faire simplement des œuvres en céramique, a une discussion avec l’argile. Entre ses mains, il souhaite faire parler l’argile et par le biais de cette matière première, la terre elle-même.

    Ayant grandi au Japon au pied d’un volcan en activité, l’œuvre de Shozo Michikawa est influencée par les images de son enfance et par les menaces naturelles auxquelles fait particulièrement face le Japon : typhons, tremblements de terre, tsunamis et volcans. Son œuvre parle de la vulnérabilité de l’être humain face à la nature qui se déchaîne. Pour capturer ces forces, leurs effets, leur énergie et les transférer dans l’argile afin que le spectateur les ressente, il crée des œuvres sculpturales à l’aspect brut et tordu, qui semblent avoir été déformées par les éléments naturels. Pour ce faire, il utilise une technique hors du commun, qu’il a développée et dont il est le maître : sur le tour à potier, plutôt que de créer une œuvre à partir d’une boule sphérique, il utilise des formes géométriques plus anguleuses – tels un prisme rectangulaire ou une pyramide – et façonne ses pièces directement sur le tour en coupant et en retirant littéralement des sections par l’extérieur à ses pièces. De plus, il modifie parfois la direction de son tour afin de créer des mouvements et des torsions uniques, traits caractéristiques de ses œuvres. Il lui arrive également de terminer une pièce à la main, par façonnage.

    Les œuvres de Michikawa sont autant le fruit de l’art traditionnel japonais que de l’art céramique actuel. L’artiste a développé un langage et un esthétisme propres, à l’avant-garde, mais relevant de la tradition. Les méthodes de cuisson utilisées sont millénaires et ses œuvres sont influencées par l’esthétisme japonais où les imperfections deviennent des éléments prisés et uniques. Là par contre s’arrête l’influence de la tradition. En effet, la texture et l’apparence finale sont résolument contemporaines.

    Lorsque nous sommes en présence des œuvres de Shozo Michikawa, nous admirons certes la beauté de leurs formes, de leurs textures, de leurs glaçures et de l’agencement de leurs couleurs, mais l’artiste souhaite surtout que nous ressentions les forces de la nature en action, la terre dont elles sont issues, bref l’intériorité de son travail.

    L’exposition présentée à MATERIA, Nature into Art, comportera plus d’une vingtaine de pièces, dont au moins cinq pièces réalisées en 2012, une première au Canada.