Maurice Savoie : un parcours alchimique

Catalogue portant sur l’exposition Maurice Savoie : un parcours alchimique présentée du 25 mars au 23 mai 2004 sous le commissariat de Lisanne Nadeau.


Avant-propos

Ceci n’est pas une rétrospective. Plutôt une exposition bilan. Une affirmation de l’actualité de la production de Maurice Savoie par l’entremise d’une lecture panoramique du parcours qu’il a entrepris il y a déjà quelques décennies. C’est donc à l’œuvre récente de cet artiste que nous avons voulu nous attarder. À cette folie créatrice qui l’anime encore, à l’ébranlement que suscitent ses audaces.

Si tous sont unanimes à souligner l’apport de Maurice Savoie dans le développement de la céramique et des métiers d’art au Québec, il est étonnant de constater qu’aucune monographie ne lui ait jamais été consacrée. Cette absence d’ouvrage monographique, qui touche de nombreux artistes, constitue une lacune certaine pour la diffusion de l’art contemporain québécois. Maurice Savoie a pourtant reçu de multiples prix et reconnaissances au fil des ans. Il fut entre autre nommé membre de l’Ordre du Canada et de l’Académie royale des arts du Canada en 1994. Plus récemment, en 2000, il obtenait une mention au 10e Grand Prix des métiers d’art du Québec. Les œuvres de Maurice Savoie font partie de nombreuses collections privées et d’importantes collections publiques : collection du Musée national des beaux-arts du Québec, collection du Musée des beaux-arts de Montréal, collection du Musée des beaux-arts du Canada, collection Jean A. Chalmers. Il compte à son actif une centaine d’expositions collectives et individuelles ici et à l’étranger. Cette publication vient donc combler le manque de traces textuelles témoignant de son travail, affirmer l’importance d’un créateur de premier plan et l’intérêt de sa démarche.

À un tout autre niveau, il n’était pas banal d’associer une critique d’art actuel à l’un des médiums les plus négligés de la scène de l’art contemporain québécois. Position délicate, mais combien stimulante, que cette tentative de briser les automatismes et de réveiller des complicités trop rapidement oubliées. Tout semble encore à faire en ce qui concerne le discours critique et le commissariat d’exposition dans ce domaine malheureusement isolé de la céramique d’art au Québec. Il nous faudra ici soulever la fameuse dichotomie arts visuels et métiers d’art. Dichotomie le plus souvent stérile, mais persistante, que MATERIA choisit d’attaquer de front. Je désire, à cet égard, souligner l’apport important de Sylvie Royer, directrice de la galerie, sans qui cette exposition n’aurait pas vu le jour. Elle aura su affirmer une certaine vision, ce qui est rare, et allier avec intelligence regard critique et gestion culturelle. Je remercie également toute l’équipe de MATERIA pour son professionnalisme, son attention, le climat de confiance qui fut le véritable moteur de ce projet.

Enfin, je souhaite exprimer toute ma reconnaissance à monsieur Maurice Savoie. Le remercier en tout premier lieu pour sa passion, qui m’a atteinte, puis pour cette encyclopédie vivante qu’il incarne et à laquelle il a bien voulu me donner accès. Ma plus sincère gratitude va également à madame Suzanne Boily-Savoie, principal témoin de toute cette aventure. Son soutien quant à la mémoire des faits, nos discussions et échanges m’auront été précieux, mais il y eut bien plus.

Lisanne Nadeau
Commissaire et auteure

Editions MATERIA, 2004. Français/Anglais.
ISBN 2-9807426-2-7