La place des métiers d’art dans les œuvres d’art public

    15 novembre 2002

    TABLE RONDE
    «La place des métiers d’art dans les œuvres d’art public » 15 novembre 2002, 10h à 17h
    Centre d’interprétation de la Place Royale, 3ième étage,Québec

    Participants:

    Chantal Gilbert, Conseil des métiers d’art du Québec, Présidente
    Danielle Doucet, Historienne de l’art
    Francine Guay, Ministère de la culture et des communications, Programme d’intégration de l’art à l’architecture et à l’environnement, Chargée de projets
    Gilbert Poissant, Céramiste sculpteur
    Guy Sioui Durand, Sociologue de l’art
    Jacques Genest, Ville de Québec, Bureau des arts et de la culture, Conseiller
    Jean-Pierre Morin, Artiste sculpteur
    Lisanne Nadeau, Historienne de l’art
    Louis Chaurette, Artisan sculpteur
    Louis Jacob, Artexte, Chargé de projet
    Martin Bundock, Cirque du Soleil, Coordonnateur des affaires culturelles
    Pierre Thibault, Architecte
    Yvon Noël, Maison des métiers d’art de Québec, Directeur général

    Sylvie Royer, Directrice de Materia. Modératrice de la Table ronde

    Au Québec, l’art public s’est considérablement développé depuis les 20 dernières années soit depuis l’avènement de la Loi communément appelée « Politique du 1% ». De cet important corpus, cependant, bien peu de propositions émanant de praticiens en métiers d’art ont vu le jour. Désengagement du milieu, méconnaissance des enjeux, contingentement naturel? Les raisons en sont mal identifiées. Et pourtant, c’est toute une dimension de la relation traditionnelle entre architecture, environnement et métiers d’art qui n’est pratiquement pas ou plus investie au Québec. Songeons aux œuvres d’art religieux réalisées par différents artisans avant la « Politique du 1% ». Imaginons par ailleurs les nombreuses avenues offertes entre l’art fonctionnel et l’art public : ameublements, luminaires, etc. C’est donc pour discuter de l’intégration, voire de la ré-intégration des métiers d’art à l’architecture et à l’environnement que Materia a organisé une table ronde qui réunissait quelques 14 participants: commanditaires (privés et publics), artisans, artistes, professionnels concernés par le sujet et intervenants en formation des métiers d’art.

    Aperçu de certains angles de la problématique qui ont été abordés lors de la table ronde :
    L’artisan technicien (savoir-faire) versus l’artisan créateur (savoir-créer). Quelles valeurs associées?
    La formation de l’artisan
    L’histoire des métiers d’art versus la valorisation individualisée des talents (star system?)
    Les métiers d’art et l’architecture actuelle ici et ailleurs (ex : Europe)
    L’art public au Québec avant la Politique du 1%
    Les commanditaires privés et les programmes institutionnels (politique, programmes, critères, besoins)
    Les comités d’experts (domaine, sensibilité, ouverture, etc). L’art fonctionnel un domaine à intégrer à l’art public (ameublement, luminaire, etc)?
    Quel avenir pour l’intégration des métiers d’art à l’architecture et à l’environnement?

    Le public venu assister à la table ronde a pu participer directement au débat lors d’une période ouverte de questions.